Actualités

Richard Bonnin, finaliste du concours "Les Négociales"

julien Jeux / Concours
Posté le 17mars 2018

Richard Bonnin est étudiant en Bachelor Ingénieur Commercial à AFOREM.
Il participe actuellement au concours « Les Négociales » qui permet à des étudiants en formation de se tester et d'évoluer dans des situations de négociation proches de la réalité.
Nous avons souhaité l’interviewer afin d’en savoir davantage sur lui ainsi que ce concours.
 
 
  • Bonjour Richard, peux-tu commencer par te présenter ?
« J’ai 25ans, je vais avoir 26 ans fin juin au moment de rendre les mémoires…
J’ai fait un BTS MUC (ndlr, Management des Unités Commerciales) en alternance les deux années précédentes. Je travaillais en GMS (ndlr, Grandes et Moyennes Surfaces) dans un rayon fruits et légumes. J’avais envie de passer de l’autre côté, c’est à dire du coté fournisseur. Ainsi, cette année, dans le cadre de ma formation Bachelor Ingénieur Commercial, je travaille en alternance chez Ducros Vahiné en tant que chef de secteur. Mes missions relèvent un petit peu plus de la partie merchandising, gestion de linéaire. Mais il a été négocié lors de mon arrivée dans l’entreprise que j’allais récupérer des portefeuilles clients GMS pour aller faire de la négociation (accroissement de linéaire, développement des marques présentes en magasin, animation …) ce qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de ma formation. »
 
  • Tu participes actuellement au concours “Les Négociales“, peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste ?
« “Les Négociales“, c’est une association Loi 1901. Leur but n’est pas de faire des bénéfices mais de créer des événements pour se faire connaître, partager et transmettre une culture de ce que sont les échanges commerciaux avec des étudiants. Durant ce concours, des cas concrets sont proposés via des mises en situation de négociation. C’est simple, on arrive en tant que commercial pour une société (de produits ou services) et en face de nous se trouve un acheteur avec qui l’on doit échanger pour atteindre notre objectif. C’est un cas de 10 minutes qui permet de réellement s’immerger dans la négociation via une problématique à traiter. »
 
  • Tu es désormais qualifié pour la phase finale, félicitations ! Raconte-nous comment s’est passé le début du concours ?
« J’avoue que je suis arrivé relativement serein. Les qualifications se sont passées à Rennes, au sein de l’école Rennes Business School. J’ai eu un peu la pression en arrivant car il y avait beaucoup de monde. On était dans un amphithéâtre pour la préparation collégiale (ndlr : présentation du cas et préparation du rendez-vous). Malgré cette pression j’ai su garder mon calme. Pour le premier entretien, je n’étais pas spécialement à l’aise. J’ai même loupé ma vente car j’étais un peu hors délais mais ce qui a fait la différence c’est que j’ai quand même réussi à baliser énormément de points de négociation, à aller chercher mon interlocuteur là où il ne m’attendait pas. De ce fait, le soir au cocktail mon acheteur m’a qualifié comme étant “le mathématicien“ car j’ai été le seul à faire un devis chiffré, en essayant de sortir un petit peu du cadre. Après avoir fait cela je me suis dit que j’allais réessayer, c’est ce que j’ai fait l’après-midi en plus d’avoir conclu ma vente. Cela m’a permis de sortir 1er de mon jury parmi 6 ou 7 candidats. »
 
  • Donc si je comprends bien, le fait de sortir légèrement du cadre t’a permis de te démarquer ?
« Voilà, exactement ! Le matin on m’a donc qualifié de “mathématicien“ et l’après-midi de “technicien“ car j’ai réalisé une veille complète à l’aide de mon ordinateur. J’ai effectué mes recherches sur l’entreprise afin de savoir comment elle était perçue. J’ai ainsi adapté mon langage, je me suis adapté au client. Même si l’on a qu’une heure pour préparer l’entretien de négociation, on a largement le temps de dérouler un argumentaire préparé ainsi que ses transitions, ses phrases d’accroche et ses contres argumentations. »
 
  • La phase finale approche, peux-tu nous expliquer comment va-t-elle se dérouler ?
« La finale se déroulera pendant deux jours, les 21 & 22 mars à Epinal.
De ce que j’en sais, on sera divisés sur les quatre demi-journées. Ce sera une qualification uniquement sur les meilleurs. Comme lors des qualifications, des cas concrets de négociation seront donnés, pour ceux qui seront éliminés le concours s’arrêtera là. Et ainsi de suite jusqu’à la grande finale qui aura lieu le jeudi soir. Le jeudi soir donc, les quatre meilleurs qui seront retenus passeront sur scène devant le jury ainsi que tous les spectateurs afin de se départager. »
 
  • Et pour finir j’ai une dernière question, comment appréhendes-tu cette finale ?
« A vrai dire je ne suis pas spécialement stressé. Je pense davantage à bien organiser ma charge de travail avant de partir pour cette finale car Pâques représente une période d’activité forte en termes de chiffres d’affaires et de potentiels pour les produits Vahiné (ndlr : pépites de chocolat, décoration…) notamment en grande surface. Donc c’est plus ça qui me gêne actuellement dans mon organisation.
Mon objectif était d’arriver dans les 20 premiers, finalement je suis qualifié en final donc je suis content c’est déjà une bonne surprise ! »
 
 
 
Richard, merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à ces questions !
 
Au nom de l’ensemble de l’équipe AFOREM ainsi que les étudiants de l’école, nous te soutenons et te souhaitons évidemment bonne chance ainsi que beaucoup de réussite pour la fin de ce concours « Les Négociales ».